jeudi 3 décembre 2009

Totem time

Ce disque se devait d'être ici tôt ou tard, chacun voit pourquoi. Merci, l'Apache.



Entombed : wolverine blues

Je vous l’avais promise cette chronique, et bien la voici enfin. Peut-être votre sagacité saura-t-elle d’ailleurs voir en elle une forme de clin d’œil à notre hôte... je vous laisse découvrir le pourquoi du comment. Vous insistez pour obtenir un indice ? Ok… Pensez pseudo... Autant vous prévenir, l'objectivité, déjà j'y crois pas dans l'absolu. Mais alors pour cet album, vous pouvez carrément vous asseoir dessus, je ne ferai même pas l'effort d'écouter vos objections. Fin de non recevoir, nul et non avenu, error 404. Je m'explique: un disque, c'est un contrat émotionnel: on ne s'implique pas à moitié sans passer pour un pisse-froid. Donc là pas de demi-mesure, d'emblée je vous livre la terrible sentence: cette rondelle est une des meilleures choses qu'on puisse rencontrer si on est mélomane ou garde forestier. Donc toi qui supportes sans broncher les disques de grind les plus insoutenables, mais qui ne peux réprimer un sanglot de tristesse quand, dans un documentaire animalier, maman ours meurt en laissant ses petits à la merci des loups... je te le dis mon ami, aventure toi sans crainte sur le chemin du mustélidé bleu. Ton excursion sera riche en souvenirs. Tu garderas quelques égratignures à être passé au travers des ronces, tu ramèneras probablement des cailloux dans tes chaussures, mais tu auras fait à coup sûr quelques jolies photos d'arbres dont tu ignores jusqu'au nom et d'oiseaux dont on ne distingue que quelques plumes sur ton cliché. Non que tu sois mauvais photographe, mais la nature aura toujours sur toi l'avantage de l'instinct de survie. C'est donc fourbu et éreinté que tu rentreras chez toi, les poumons pleins d'un bon air frais. Voire même d'un rhume en devenir, car ton petit organisme n'est pas habitué à la vie sauvage. Mais ces maigres aventures garderont pour toi le goût de l'exploit qu'on ne prête habituellement qu'aux explorateurs chevronnés. A l'ombre de ce disque, on trouvera tout ce qu'on peut chercher à part peut-être des champignons. Et encore, faudrait y revenir à la saison, des fois que... Pour vous la faire courte, si je veux écouter du rock’n roll, c'est vers cet album que je me tourne. Si je suis d'humeur à écouter du gros son suédois bien gras, et croyez-moi ça arrive souvent, pareil. Du blues ? Du punk ? Même chose. Il n'y a bien que quand je cherche du reggae que je n’y trouve pas mon compte, et vu que ça en revanche ça ne se produit jamais, CQFD. Celui à qui le disque n'arrive pas à faire bouger les pieds, celui là je vous le dis, la médecine ne peut plus rien pour lui. Il nous faudra l'achever tel un ami atteint de lycanthropie... Meilleur moment pour écouter le disque: en bouquinant tranquillement un album X-men.

Little-Axe

2 commentaires:

Hadrien a dit…

un conseil pour les X men ?

Little-Axe a dit…

à dire vrai, le choix le plus évident serait Weapon X. mais pour les plus chanceux, la bd qui accompagnait l'édition limitée du disque reste la solution royale.