mercredi 6 janvier 2010

Assaut biologique

Mais il va épuiser mon stock d'intros vaseuses, ce zig-là ...



Anthrax : Persistence of time

Dans le genre archive, celui là fallait bien vous douter qu'un jour il allait être pour votre gueule. Comment ça, z’aviez pas encore compris que j’étais l’antiquaire à mi-temps du site ? Ben voilà. Bon sinon, histoire de revenir au bousin, je reconnais que j’ai pas forcément toujours été tendre avec les Municipal Waste et autres Toxic Holocaust. Moratoire sur Warbringer pasque perso je kiffe bien. Mais de manière générale tout le revival thrash je suis plus ou moins passé à côté, peut-être parce que je pense pas encore avoir épuisé les disques source à la Speak english or die. Le tôlier de Soum, lui, la paléontologie il s’en contretape. Les empreintes de T-rex il pisse dessus et les fémurs de bronchiosaure il s’en sert comme écrase-mégots. Mais bon, moi les années me rendent sentimental, nostalgique et tout le tremblement, celui de Parkinson compris. C’est comme ça, j’y peux rien. Alors tous vos collègues de taff qui trippent comme des gros malades sur les émissions de télé spéciales variétoche des années 80, vous y comprenez que dalle ? Les coupes de douilles improbables, les tubes datés, les fringues tellement moches qu’elles vous niquent les rétines, il y a trop pas moyen ? En plus de ça c’est probablement les mêmes qui écoutent Mika ? On est d'accord. Mais en se faisant l'avocat du diable, ce serait facile de dire qu'au final Anthrax ça n' en est rien de moins que l’équivalent pour ceux qui se défoncent aujourd’hui sur Meshuggah. Comme quoi, au fond on serait tous à peu près foutus pareil … A la différence qu'Anthrax c'est pas la nostalgie pour la nostalgie. Et non môôôsieur, justement pas. C'est un groupe qui tue et puis c'est tout. Meilleur moment pour écouter le disque : tout seul dans sa chambre comme un ado débile, Married with children approved.

Little-Axe

1 commentaire:

Raven a dit…

c'est beau, un vieux.