vendredi 8 janvier 2010

Deaf Indians : Deaf Indians


L'autre jour dans un bac à soldes, je tombe sur ce disque qui me faisait fantasmer il y a maintenant quinze ans. A l'époque, quand je les confondais pas avec Grim Skunk ou B-Thong, je pensais au chef Bromden tout rapetassé façon momie pour rentrer dans le format Kirk Windstein, c'était rudement chouette.
Aujourd'hui que je l'écoute enfin, je ne suis même plus sûr de me rappeler s'ils étaient vraiment native american, quoique vu l'accent qu'ils se trimballent y aurait carrément moyen, j'ai plutôt devant les yeux l'indien de Street Fighter III, et le disque n'est pas tout à fait le truc obscur, étouffant, puant l'alcool de contrebande, l'armoire à glace suicidaire que j'imaginais - ah, le pouvoir d'une pochette ...
Mais il sonne tout de même comme les patapoufs de Suicidal Tendencies tout endimanchés qui tartouilleraient un southern blend de Kyuss et Life of Agony, son funk a l'haleine chargée et pas la direction assistée, et il y rampe une sinistrose certaine, donc c'est quand même rudement chouette.
Même si Metal Archives prétend qu'ils sont boches.