jeudi 11 février 2010

Comets on Fire : avatar



Ce disque est une fin d'après-midi d'août, de celles par lesquelles on ne saurait se retenir d'aller folâtrer en sarouel pisseux et crotté voire, mieux, la gaule qui rigole au vent, sous ces arbres, gratter un peu l'humus voir s'il y a des pignes, et ce qu'il y a de l'autre côté de l'orée ; de partir échevelé dans le soir qui s'avance, prendre les routes d'Espagne ou les monts d'Italie, dans tous les sens. Même en février, tellement solaire et cramoisi qu'il donne envie d'aller se planter devant le four, et le sentiment d'être le brun pain d'épices bien dodu et fendu qui en sort en craquant et stridulant d'appétit.

Aucun commentaire: