mercredi 24 février 2010

Crucifist : Demon-Haunted World


Petit coup de rabâchage pour cet album qui, je suis à présent en mesure de le dire, aurait dû figurer dans le florilège 2009. Il était d'ailleurs sur ma liste de candidats, j'ai seulement négligé de le réécouter quelque part. Et peu importe au final, il fait assurément partie de ces albums que point n'est besoin d'écouter souventement pour les chérir chaleureusement et précieusement, un de ces trésors qu'on se garde pour de petits moments de bonheur impromptus, égoïstement. Il est toujours là à point, reconnaissable entre mille chaque fois, intactement familier et complice, tel un vieil ami avec qui on n'a plus aucune simagrée. Toujours d'une aristocratique imbécillité qui tient du Darkthrone récent et donc de Hellhammer et de sa crasse qui pique le nez, que de Cathedral et de sa laideur extravagante, toujours d'une alacrité 80s jamais bien loin de la new wave ; et toujours ce blob sombre et luminescent modelé par les doigts de Lilker qui parachève le tout d'une aura gondolée de grotte aux résonnances de casserole transdimensionnelle idéalement cosy pour adorer les dieux cyclopes Voivod et Unholy.