mardi 23 février 2010

Rusted Shut : Dead

Paraîtrait comme ça que je fais une fixette et suis infoutu de passer un moment avec les amis sans lancer un énième non-débat sur la justesse de frappe de Kickback. Ben tiens, en vlà pour toi du point commun avec le citoyen Bessac : je suis pas ton bouffon. Je vais pas te décrire à coup d'outrances verbales que d'autres pratiquent plus talentueusement que moi je ne sais quelle partouze avec me myself and my tisonnier. Dead c'est tout bêtement, et très bêtement, l'épitomé de la crasse et de tout ce qui a la sociopathie d'autant plus dangereuse et nauséeuse qu'elle est crasse et bête, à vos marques prêts partez : Killdozer, Deutsch Nepal, Brighter Death Now, Brainbombs, Whitehouse, The Sodality, Todd, The Horrorist, Eyehategod, Wold, Crust : le gratin dauphinois des cerveaux en patates germées en train de passer à l'état monchéri de la matière. C'est plus qu'une question de powersaturation cocotante et totale, de vils riffs swampy mongol'n'roll, à deux notes jamais distantes de plus d'une et demie, ou de gargarismes au vomi tuberculeux. C'est à sa façon une musique de l'âme - et surtout un remugle qui la suffoque avec une obscène brutalité.

Aucun commentaire: