dimanche 28 mars 2010

Patrick Lussier : My Bloody Valentine 3D

Un bon remake du slasher canadien culte de 81 (je crois) que j'adorais gamin : Meurtres à la St Valentin. J'ai pas regardé avec les lunettes 3D mais ça a son charme même sans. C'est plus old school et léger que la plupart des remakes de slashers ou survivals - le réalisateur de l'original (George Mihalka) avait un nom de rugbyman ou de tablette de chocolat, et le film de Lussier est un peu à cette image : abdominal (tablette de chocolat... abdominal... c'est bon ?), bourrin, régressif, besogneux, du bon charcutage de teenagers, en bon pro, même si c'est la routine, un jour comme un autre à l'usine, pépère... bref sympa comme tout. Bien sûr, sans l'effet 3D on y perd, et on sent que le film joue principalement sur les effets de relief, mais la version "plate" est nickel, même si complètement décousue (mais ça on s'en fout un peu, non, à moins d'être couturier ?). Les meurtres sont bien punchy, le casting assez charismatique. Le flic tête à claques évoque une version bad guy de David Arquette dans Scream. L'autre type en premier plan est une sorte de quaterback à la con genre Josh Arnett. Pas d'intrigue même si une espèce de who dunnit surgit à la fin, avec un ptit twist histoire de dire qu'on a quand même travaillé autre chose que les effets gore 3D. T'façon rien que le souci de crédibilité t'as tout compris : le boucher de service se réveille à l'hôpital, même pas ligoté alors qu'on sait qu'il a déjà buté trois semi-remorques d'ados, et quelques instants plus tard le flic (ce bon vieux Tom Atkins) arrive sur les lieux, là il voit qu'il y'a du sang partout, des membres un peu partout, une tête par ci une main par là, et il en à rien à cirer. L'enquête est menée en mattant des films pornos amateurs. Une nana, probablement sortie d'un classement photo FHM ayant pour thème le ticket de métro, se trimbale tout nue avec un flingue, hystérique, avant de se faire zigouiller comme un lapin dans sa cage. Une naine ridicule se fait empaler à coup de pioche (l'arme fétiche du tueur) jusqu'à ce que sa tronche soit encastrée dans le plafond et que le néon se casse la gueule. Je neutraliserai pas la surprise des quelques autres mises à mort bien cools, mais y'en a. Le tueur est, autant que je m'en souvienne, fidèle à l'original : ce bon vieux Frankie, peut être le seul rival sérieux pour Myers et Vorhees en leur temps ; le même bourrin, mais metteur en scène appliqué de ses meurtres, une sorte de Jason un peu plus soucieux des détails, moins bovin, plus romantique (il laisse le coeur de ses victimes dans un ballotin à chocolats, c'est-y pas mignon ?). Les gars sont des gros boeufs, les filles soit des salopes soit des demeurées (ou les 2 car ça n'est pas incompatible), bref on se prend pas le chou, on sirote son soda tranquille et on ricane comme un gros neuneu. Presque aussi bien que les meilleurs Vendredi 13 (soit le 6 et le Jason X, tout le monde est au courant j'espère), donc recommandable pour les amateurs. Bonne pioche pour le coup. Ah ah ah, je suis marrant.

Aucun commentaire: