jeudi 1 avril 2010

Francis Veber : Le Jaguar

Quand le Français demande du Rire assaisonné de Fantastique et d'Aventure, pour agrémenter ses soirées pinard-TF1-saucisson, Veber est le Fleury Michon providentiel. S'il s'agit incontestablement de son oeuvre la plus putasse et sordide, à travers le prisme du dépaysement, c'est aussi le remake pépère (on reprend les mêmes Campana et Perrin, soit le cogneur et le pleutre) d'un de ses vieux classiques avec Depardieu et le Grand Blond, mais dans une forme encore plus barbare, d'une laideur encore plus éhontée, d'un sens de l'absurde grandiloquent qui aurait sans doute effrayé le dangereux Jean-Marie Poiré. Autant le dire tout de suite : c'est du grand n'importe quoi, parfaitement débile et d'un mauvais goût nauséeux, agrémenté de gags qui sentent les aisselles sales, avec, pourtant, des qualités ciné-ma-to-gra-phiqueuh indéniables, en premier lieu des méchants très très méchants et pas beaux, et une atmosphère de jungle moite, aussi bien rendue que dans Platoon (j'exagère à peine). Je me souviens très bien avoir eu l'impression d'être dans un sauna, ce qui doit vouloir dire que niveau rendu & ambiance, au moins, ça marche... Une leçon d'humidité pour les faiseurs de nanars rigolos de chez nous qui veulent taper dans les 10 millions d'entrées : la cré-di-bi-li-té des décors, non de non ! Mais surtout, le mix fatal et malsain des ingrédients les plus osés, un peu comme ces after spaghetti-cahuètes-nutella que certains ont du comme moi connaître, improvisés dans l'inspiration éthylique du moment. Il n'y a que dans les comédies bâtardes de Veber qu'on peut voir à la fois un aztèque sosie capillaire de Mireille Mathieu, une amputation gore à la machette, et Patrick Bruel en numéro de thérianthropie.

Ah, ce bon vieux Brubru ! Le seul film où j'ai du à peu près encadrer Maurice Benguigui sans vomir un peu de mon casse-dalle toutes les minutes, c'est P.R.O.F.S., un nanar comédique baveux post-Sous-doués aussi insalubre qu'un vieux clip d'Axel Bauer, dans laquelle des instits un peu rebelles faisaient des crasses à leurs collègues zélés. Ici, Maurice brille de toute sa couenne faciale, de sa pathétique chevelure, de sa voix insupportable de petit péteux, en tandem avec Léon Reno, toujours aussi génialement constipé dans ses expressions de rondin sec. Les seconds rôles valent le coup d'oeil : rien de moins que le mythique Danny Trejo dans le rôle du chef des méchants (un tueur proxénète mafieux ou quelque chose comme ça), et en guise de ficus d'ornement une vénézuelienne assez bandante dont j'ai oublié le nom, que Patoche baisera par pitié (car la femme est soumise à Bruel, toujours). Reno, toujours solide et noble comme la roche de Solutré, va se montrer valeureux et couillu - tandis que Brubru se montrera veule et agaçant - et combattra avec un battoir à linge le tyrannique Trejo, dans des grimaces de douleur très dures à regarder. Patrick, lui, au contact des croyances amazoniennes (et de l'ayahuasca dont ont été badigeonnées ses mains de poker ?), sera possédé par l'esprit du Jaguar dans des poses mystiques qu'il regrettera plus tard de ne pas avoir réservé pour ses concerts et qui lui aurait valu des jetés de culottes mouillées très karacho. Une mutation outre-choquante digne des standards Troma : si ses pupilles deviennent félines par un astucieux système de poses de lentilles et de montage stratégique (au gré de scènes voulues sensationnelles), il est à peu près aussi jaguar que le matou de la voisine. De quoi se pisser dessus autant de rire que de peur, mes frères lecteurs. Ah oui, j'oubliais de préciser que je n'ai pas revu cette cochonnerie depuis au moins 10 ans, mais j'ai retrouvé la VHS dans un carton poussiéreux, en cherchant mes encyclopédies d'enfance sur les animaux sauvages. Si j'étais marrant, je dirais qu'il y a de quoi devenir chèvre.

2 commentaires:

Le Moignon a dit…

Hahaha bordel, pareil, pas revu depuis bien dix ans, qu'est-ce que ça ressemblait à rien ce film... Par contre, j'me souvenais plus que c'était Danny Trejo qui faisait le méchant, ça c'est quand même classe...
Superbe chro au passage

gulo gulo a dit…

c'est vraiment premier avril partout