vendredi 9 avril 2010

Killing Joke : Democracy


Ce que c'est tout de même que d'être un ours qui met du rimmel, allez ... Il aura donc fallu que je migrasse auprès de ma blonde au soleil, pour m'affranchir enfin de mes attentes grouftes, un midi sur un balcon du midi, et sache enfin voir simplement que cet album est de la même étoffe que mon Brighter Than a Thousand Suns chéri : de la fm-wave bien radieuse et communionnelle, avec en plus que chez le tout-venant, cette fameuse voilure messianique à faire périr de honte tous les imposteurs de type Bono, cette démence en mucosités que tous vos Simple Minds n'aperçoivent pas meme dans leurs cauchemars les plus regrettables, cette religiosité préhistorique et hallucinatoire, que l'on nomme plus couramment notre Jaz Coleman ; et la rave, dont le susdit a dû voir la naissance comme un assentiment des dieux à ses visions. Hosannas depuis l'herbe humide du matin frisquet, mes bien chers frères et sœurs.

2 commentaires:

Raven a dit…

du Millenium en mieux ! et Medicine Wheel, et Intellect... lovely

Raven a dit…

(mmmh je voulais dire Pandemonium bien sûr; la faute au tube sus-cité que j'écoute en ce moment - d'ailleurs il a piqué le refrain de celle-ci à Lemmy, pas que la voix je veux dire, de jsais plus quel morceau de MH, ptetre plusieurs)