vendredi 9 avril 2010

Mike Patton : Mondo Cane


Je ne suis pas du nombre de ceux pour qui Michel est l'épitomé de l'escroquerie - ni de ceux pour qui il est Dieu, mais cela il me faut souvent me le répéter, tant certaines de ses apparitions me le font temporairement oublier. Ce n'est malgré tant de moments forts partagés pas un ami, rien qu'un pote, et ce n'est que l'amour chrétien que j'ai de mon prochain, qui me fait content qu'il ait si visiblement passé une excellente soirée (week end ? semaine ? mois ?) avec ses sosses. Il n'était pour autant pas utile, Michel, d'appuyer sur rec. Je ne connais pas grand chose à la chanson retro italienne mais je l'aime, et je sais du moins que contrairement à ce que l'on peut fort excusablement s'imaginer, la gomina et le costard de marlou hors de prix sont des conditions nécessaires, et non suffisantes. Allez, va, c'est déjà oublié.

2 commentaires:

Raven a dit…

Mike assure en rital ; splendido

gulo gulo a dit…

au moins autant qu'en espagnol, claro