lundi 12 avril 2010

Plastic Crimewave Sound : No Wonderland

A tous les déçus - la réponse est oui : j'en suis - du Flower Travellin' Band, de Naam et de White Hills, qui trouvent tout ça bien gentil, bien sage, bien éveillé, bien clean, bien dégagé derrière les oreilles, tous ceux qui ont du mal à percher avec juste l'odeur de l'encens, et qui ont trouvé l'ep de Cheerleader 69 un peu trop wizz, sans compter qu'il est insupportablement court : venez faire un tour à No Wonderland - la réponse est oui : ça ressemble à l'album de Der Blutharsch ; simplement avec moins de neurones, moins d'uniformes, moins de romantisme, moins de théâtre, moins de tout. Panique, échevelé, acide, hystérique dans sa répétition nauséeuse, férocement primate dans son psychédélisme qui rejoint plutôt les rangs de pilleurs houspilleurs d'après la bombe et Streetcleaner, où l'on trouve déjà des hordes aussi sauvages que Concupiscence et les Comètes en Feu.

Aucun commentaire: