mardi 13 avril 2010

Pyrexia : Cruelty beyond submission


Pyrexia, aie aie aie, groupe phare de la scène New York Death Metal. Un nom respecté dans le milieu brutal death et qui a su percer chez son parent proche, le slam death (lequel n'a absolument rien à voir avec un crossover impliquant Abd El Malik ou l'autre tanche de grand corps dont on a rien à foutre). Non, là on parle de l'endroit où l'over-tabassage côtoie l'efficacité du hard core, enfin ça c'est dans la théorie parce que neuf fois sur dix, c'est quand même d'un chiant hors du commun. En dehors bien sûr de quelques ténors du genre, rares sont les groupes où il faut pas prendre une aspirine après. Bon sinon celui-ci, c'est plus ou moins une compil, avec des extraits des trois albums et des inédits dont le Ode to Brinn qui tue tout. Et si je vous parle d'une compil c'est parce que les disques sont carrément chaudasses à pécho, donc amis sportifs, à vos distros. Par contre ne vous leurrez pas, l'immondice extatique de la pochette ne cache absolument pas un disque d'une finesse à redécouvrir. C'est primaire, idiot, violent. Yummie, quoi.
Meilleur moment pour écouter le disque : pendant le développé couché.

3 commentaires:

gulo gulo a dit…

chaudasses hélas, anéfé, comme dirait Douste

Little-Axe a dit…

il y a que le tout dernier qui facilement choppable, mais pas bien bandant. du death suffocattion-like plutot standard.

gulo gulo a dit…

voilà