mercredi 23 juin 2010

The National :High Violet


Dans la vieille famille de la musique de la fatigue. Cette fatigue qui est ivresse, tant elle se confond avec l'espoir qui dévore et détruit, comme un manque impossible à négocier. Un Arcade Fire qui ne descendrait jamais du pinacle de la ferveur, mais qui ne flamberait jamais dans l'hystérie imprécatrice - parce qu'il y a la fatigue ; la fatigue qui fauche en vagues d'amertume à la Interpol, un Interpol sans les costards étriqués trop grands pour eux ; la fatigue d'un Parts & Labor naufragé dans le fossé, sourire opioïde de traviole sur un visage en bataille ; la fatigue d'un Johnny Cash juvénile dont les joues rasées de frais ne révèleraient que des nuits qu'il ne connaît que blêmes. Une grande famille, en vérité.

Aucun commentaire: