mercredi 9 juin 2010

Stretchheads : Pish in your Sleazebag

Aussi saugrenu que cela puisse paraître, il y a quelque chose dans la pochette de ce disque qui me rappellera toujours allègrement, pourquoi pas, à ma lecture des Garçons Sauvages de Burroughs, histoire de jeunes guerilleros homosexuels dégénérés aux manières aussi puériles qu'assassines ; un manifeste d'homosexualité débridée un peu dur à avaler - sans mauvais jeu de mot - pour les hétéros crispés dans mon genre mais dont les excès - chez Burroughs, tout et n'importe quoi devient prétexte à une bonne enculade - finissent par jeter dans tout ceci un je-ne-sais-quoi de burlesque totalement jouissif. Eh! oui, quoi de plus efficace que de beurrer le cul à ses petits camarades pour amuser la galerie ? Stretchheads a ce même esprit railleur et enculatoire badigeonné au lubrifiant, éjaculation noise-punk de zoulou sans pudeur ni décence, hilare et cabrioleur, joueur et décomplexé dans un état de défonce total où tout le monde applaudit bien fort le grand phallus-méchouis cannibale en se tapant de sérieuses branlettes.
Ou d'un autre point de vue, un peu à Bogshed ce que Tinner est à Motörhead, avec toutefois un peu plus de kéké dans le fond de vinasse.

3 commentaires:

Raven a dit…

appétit

Antilope a dit…

-Surgical Penis Klinik- même veine.

Le Moignon a dit…

Un peu à la bourre mais... Surgical Penis Klinik? Tu parles de SPK là, genre le 7" avec Slogun et Mekano ? Pasque je vois pas trop le rapport quand même