jeudi 5 août 2010

Bakteria : Defecate ! Suffocate ! Mutilate ! Masturbate !


Hosannah au plus haut des cieux, mes cailles en sucre filé : cet album existe, j'ai enfin pu le commander à un tarif décent, et il s'est glissé dans ma boîte aux lettres ! Si seulement vous saviez depuis quand je trépignais de pouvoir enfin vous en parler autrement que sur l'écoute complète disponible sur deezer ...
Ce disque, vous le vérifierez aisément dans les trois chroniques qui s'en battent en duel sur gogole, offusque unanimement tout le metal globalisé, par sa production aussi plate que le platypus du morceau d'entame, par ses riffs mongoloïdes, par sa débilité mexicaine, par la légende y attenante, relative à une interdiction de concert faite au groupe pour meurtres survenus dans le public, bref : on s'en doute, ce disque est génial, comme à peu près tout ce qui scandalise le métalleux - et comme aussi l'on s'en doute au premier regard échangé avec sa mignarde jaquette. C'est même presque un peu trop facile, en fait, puisque ce disque n'est pas du metal : oui il y a des guitares pour cogner imbécilement ces riffs imbéciloïdes sludgepunkmotörheadulatoires, oui il y a de la double pé et des accélérations en forme d'occlusions intestinales, oui les textes du livret (mais si !) minaudent entre Cock & Ball Torture et Two Girls One Cup, oui on clapote à la limite d'un gerbis de fusion à faire passer le premier Slipknot pour du Al Di Meola, oui Canniboule à côté passera sans douleur pour Bashung ... N'empêche que c'est tout connement un fantastique disque d'ebm ; latin-sludge-ebm si on veut, mais un disque qui d'évidence (ravie), se blottira, comme un furoncle chéri, constipé comme Danny Trejo, avec vos albums de Biopsy, Plastic Noise Experience, Insekt, Simbolo, Aghast View, Digital Poodle, Psychopomps, enfin tout ce que les locals à poubelles du monde entier comptent de phrasés new-jack minables, de groove polonais, de langages à base de rots ulcéreux, de polka militariste, de popo-core ... du Brainbombs vigoureux et congestionné à blinde pour écouter sur le trône en feuilletant d'une main ton magazine de fesse d'ornithorynques favori, les orteils qui font du two-step.

Aucun commentaire: