jeudi 30 septembre 2010

The Eighties Matchbox B-Line Disaster : blood & fire


Parce que même au saut du lit ce disque fait pousser les dents et hurle l'envie de picoler, et que le seul moyen pour se tenir c'est comme aux AA, d'en parler. Parce que vérification faite quelques mois après, il ne vaut définitivement pas que par son enfilade de tubes introductive, et qu'il est aussi scabreux que le membre de phrase que vous venez de relire pour être sûr. Parce qu'il n'est pas uniquement le meilleur album de psychobilly de l'univers, qu'il est également LE disque de gothic rock, fier de l'être et mieux que ça. Parce que c'est beau un groupe qui entre pleine possession de la puissance qu'il a en héritage, et qui rit de la contempler si grande et si enflante en son calfouette. Parce qu'il passe en boucle dans la salle du bas de la House of the Rising Sun, et qu'on sait pertinemment où tout ça va finir.