mercredi 15 septembre 2010

Killing Joke : Absolute Dissent


Tout le monde y va déjà de toutes parts, de sa chronique de leak daubé en track by track, mais moi coco je vais te dire, ce qu'il y a à savoir de l'ex-Feast of Fools : un plan-produit gravement pété.
Les réfractaires au virage bulldozer opéré il y a de cela quelques disques déjà ne se réconcilieront pas encore ce coup-ci avec Blague Tueuse, et les allergiques à la soupe quatrevingtale ne retrouveront pas le métalindusse espéré, dans cette guimauve ivre de solstices.
En revanche, ceux pour qui le terme bovine-wave veut dire quelque chose, ils trouveront ici entre autres perles rocailleuses une réponse du berger à la bergère Godflesh, sous forme d'un riff tractofunk mono-note plus vrai que nature, enluminé sur la fin de chœurs tout à fait New Order ; et une gavée de refrains bœuf-ananas-cacahouète-sauce-huîtres ; et leur ration roborative de riffs en gifles iodées sur basse tourbée. Comme prévu avec "In Excelsis", Killing Joke revisite avec l'humeur radieuse du patron tout son répertoire et celui de ses franchisés, et renvoie à leurs mornes occupations tous ceux qui ont cru jamais que Killing Joke était quelque chose de fin ou d'élégant - les cons ; à grands revers de mélodies fédérationnistes pour nouvelle préhistoire pleine de gravats.
More hosannas, my brothers.

8 commentaires:

Le Moignon a dit…

slurp

Raphaël a dit…

je sens que je vais l'aimer, celui là

Anonyme a dit…

Total nimp comme d'hab mais dit avec classe. Un peu comme toi gulo.

pempem

Anonyme a dit…

C'est vrai qu'elle est bien glazieuse cte chonique.

Même si ça m'a l'air d'être la matrice PSG de empy, après deux écoutes, il claque sévère. Néanmoins, quelques longueurs sur la première piste et son riff à la Enslaved comme dirait VBE fanboy, et deux morceaux en trop sur la fin du bouzin.

fryture

Macho))) a dit…

Pochette moche, ceci dit.

Le Moignon a dit…

J'osais pas le dire... Ou en tout cas, qui tombe un peu à plat après celle, sublime, de Hosannas

gulo gulo a dit…

je l'aime bien, moi, ce ciel est très évocateur

fry a dit…

mi moche mi classe comme dirait l'autre