vendredi 8 octobre 2010

Mick Harris, Neil Harvey : Shortcut to Connect


L'on imagine sans peine la trémulation à l'époque lorsque je découvris chez Wave Records l'existence de ceci : Mickouille et un des deux PCM, sur toute la longueur du même disque ! Si je fus déçu, ce qui est possible puisqu'il n'en résulte pas le tunnel de darkstep rouleau-compressive (que je trouverais sur l'album d'Ambush, mais sans beaucoup de réussite) qu'on pouvait imaginer, je n'en ai plus le souvenir, tant il y a là de quoi se donner d'autres fièvres et palpitations : une éprouvante heure de remous de jungle abstraite parfaitement contondante, sans parlementations ni provocations inutiles : basses qui malaxent direct le foie sans passer outre mesure par le tympan, beats compacts, secs, félins, râpeux, fantômes, glougloutements et grincements dans les poutres : toute la tranchante et menaçante nervosité qu'on était en droit d'attendre des deux lads se donne libre cours sur les articulations et le cortex, mettant une rugueuse rouste aux lavettes du kung-fu mental du type Photek, voire donnent une leçon de massive par l'organique au pourtant acéré Current Value. Très organique.

3 commentaires:

One Love a dit…

Y'a comme un lookalike dans l'air, là.

Le Moignon a dit…

Brutal Truth ?

One Love a dit…

+ Earth Phase3