lundi 18 octobre 2010

Triptykon : Shatter


Mettez vos cache-nez.
Les morceaux de cet e.p ne sont pas vraiment mauvais en eux-mêmes - ils ne sont pas vraiment bons en eux-mêmes non plus, d'ailleurs. Nous avons donc : un duo goth comme Tommy en a déjà fait, habillé moderne comme Tommy en a déjà fait, c'est tout aussi kitsch et mimi qu'à l'époque ; un écrase-merde punitif doomonocorde à s'y méprendre avec le Dreads'n'Plugs Mahakali Jarboe Liveband, d'ailleurs Tommy aussi c'est un peu un genre de Jarboe à bonnet ; un morceau dark ambient religieux qui fait peur - de trois minutes, sans commentaire. Et deux reprises live de Celtic Frost, mais le live sur disque on s'en fout.
Résumons-nous : que des morceaux qui ressembleront jamais à rien tous seuls ; déjà que Triptykon, en soi, c'est le genre de groupe à qui il faut largement plus d'un quart d'heure pour dépasser son ridicule et montrer sa puissance assommante. Eparistera Daimones Accompanied, c'est bien gentil, mais comment je le colle à l'album, moi, ton truc ? Et où je le fous ? Faudrait dégonfler un peu des chevilles, les dessins que t'as faits dans la marge parce que t'avais fini avant les autres, c'est pas la peine de les rendre aussi à la maîtresse.
Un dernier reproche, avant que tu sortes dans ce froid de canard, mon Tommy : comme c'est un e.p, je n'ai même pas réalisé une économie appréciable.

Aucun commentaire: