dimanche 3 octobre 2010

Unearthly Trance : V


Neurosis dans Taxi Driver ; pas dans le rôle du taxi, non, dans celui de l'alcoolique soudé à un comptoir de bar à putes à Pigalle (le premier qui me pompe l'air avec la cohérence peut me pomper autre chose), qui les connaît et chamaille toutes par leurs petits noms mais aucune bibliquement. Et la nuit s'enfonce, pesamment, épaissement, irasciblement, exaspéramment ; gonfle, lentement, interminablement, inexorablement ; exulte dans une fontaine de sauvagerie ? On ne le saura pas, elle sombrera avant, dans un noir où l'on ne distinguerait pas même un songe. Oui, on (re-)commence à sentir ce que Bessac sent dans ce groupe, enfin.

Aucun commentaire: