mardi 9 novembre 2010

Master Musicians of Bukkake : Totem Two


Première déception, au sens briton du terme : MMoB (ne pas confondre avec MooB) ne donne ni dans le grind ni dans la giclure (d'acné). On apprend donc un beau jour, comme quoi il peut servir d'encore lire des magazines, qu'ils regardent l'Orient et font dans la mythologie, aussi l'on s'approche. Seconde déception, dans les deux sens du terme : Totem Two n'a pas la grâce agile qu'on lui fantasmait un peu étourdiment, ne nous emmène pas dans les tonneaux et loopings espérés de ses volutes, ne virevolte pas dans des montagnes russes d'acide. Oh non. Ce n'est pas pour rien que plusieurs de ces mecs jouent avec Sunn O))), Burning Witch, Asva et ainsi de suite. La musique de MMoB est mythologique, assurément, ce qu'on pourra associer à monuments, pourquoi pas, mais surtout à autre conception du temps. Là où elle nous transporte, on prend le temps ; de contempler ; de ressentir ; de se laisser ablutionner ; de prendre la mesure des choses, de les soupeser - sur soi, comme l'on fait d'une lourde mamelle ; on ne s'égaille pas, babillants, en tous sens, l'on goûte cérémoniellement, duramment, le suc de chaque chose ; la musique de MMoB est pesante, oui, à côté d'elle Dead Can Dance ont l'air de Korpiklaani ; songez plutôt à ce vieux film de John Milius, là, vous savez bien ... Elle s'appesantit longuement et lourdement sur des motifs simples, lents et empesés, dont elle fait éclater silencieusement l'opulence altière, la lourde masse de grâce en lévitation, pesante majesté, éclater au ralenti, absorbant sans heurt dans la marée de son émerveillement fluide qui enfle et englobe, sans résistance, sans brutalité mais sans détour, par son simple pouvoir, qui se révèle dans toutes ses dimensions tandis que le disque nous fait tourner - lentement - autour de la colossale présence, de l'idole. Ah tiens, le disque s'appelle Totem. Comme qui dirait que je me suis déceptionné tout seul.

2 commentaires:

Ø a dit…

très bon ce groupe, le totem one vaut le coup aussi (et ces pochettes, bordel !)

fleur de lune a dit…

Shism/Prism a été mon coup de foudre...ces MMoB donnent l'impression que les dieux se mettent à jouer de la musique...elle donne l'impression de pourchasser son auditeur..comme une créature affolée fuyant son ombre éphémère