jeudi 11 novembre 2010

Sheer terror : Ugly and proud

Pour ceux qui l'ignorent, sur la pochette, c'est Paul Bearer, le chanteur. Par contre le mec tatoué je sais pas qui c'est. La hargne metallique du hardcore à la Cro-Mags, un sens de l'humour blasé-misogyne estampillé Type-O, un guest de Tommy Victor, il y a pas à chier on est clairement dans ce qui a fait les grandes heures de la scène newyorkaise du début des années 90. Viril mais qui chiale dans sa bière, ça joue les durs mais ça tombe amoureux comme un ado. Ca piccole, ça se bagarre, ça joue au billard, mais ça porte bien le costard. Crooner laid et fier de l'être, mais ça aurait aussi bien pu s'appeler affreux sale et méchant, evitez les aliments trop gras ou trop salés, boire avec modération, ou même voire surtout, manger bouger. Voilà c'est tout pour les recommandations du ministère de la santé. Enjoy.

Meilleur moment pour écouter le disque: en cuisinant un bon chili.


7 commentaires:

gulo gulo a dit…

haha, je suis justement en train de goûter Love Songs for the Unloved, et je me disais, mazette, y a effectivement une scène Type O/LOA/Alpha Omega ? le monde est grand et plein de merveilles

Veni Vidi Peni a dit…

J’ai sur une K7 un live EP de Sheer Terror. Ils y font une reprise de Boys Don’t Cry qui commence par "Robert Smith suck my dick". C’est dessus ?

Little-Axe a dit…

tous ces groupes sont issus du même creuset, d'où les multiples guest. quand à la cover des Cure, nope, elle est pas sur ce disque.

Veni Vidi Peni a dit…

Deux bonnes compils de références concernant les groupes dont parlait la hachette dernièrement : ”New York City Hardcore: The Way It Is” et “New York City Hardcore: Where The Wild Things Are”

Le Moignon a dit…

Les deux premières phrases de cette chronique sont tout bonnement grandes.

gulo gulo a dit…

OUI

Little-Axe a dit…

:)