samedi 18 décembre 2010

Årabrot : Revenge (It is Just a Matter of Not Letting Oneself Be Caught)


Årabrot dans ses œuvres : toujours pas le truc qui rende vraiment oufguedin - quoique ça passe de plus en plus près - mais toujours plus que généreusement : de la guitare suc gastrique, de la voix vomi garni, de la batterie homme à terre égale coups de pieds dans les côtes, et de la basse tendinite carabinée. Pour sagouiner le suspens : le "mauvais" côté du tellement-déjà-familier-au-premier-contact (clutch ? touch ? engage !), celui qui lui vaudra pas de place sur le podium que mes ouvriers commencent à installer là-derrière, mais lui en assurera toujours une sur un coin de canapé souillé. Entre Nocturno et Tonton Yow, au hasard.

1 commentaire:

Lucas a dit…

Surtout la voix oui; mais il ne m'a jamais fait ni chaud ni froid ce groupe, et pourtant, j'ai essayé, surtout avec celui là.