samedi 25 décembre 2010

Ho ! ho ! ho !

Vous connaissez le principe : j'ai toujours été une brêle en histoire. Uniquement, donc, des disques qui, en toute modestie et pour ce que vous en avez à fiche, ont fait mon année 2010, tendance qui en resteront indissociables, en constitueront des madeleines palpitantes, charnues, vivides, d'autant plus précieuses que ce fut une grande année.
Une année hardcore, visiblement, et logiquement, puisqu'il apparaît que je ne suis pas mort, et que la vie est ainsi faite, mais pas seulement ; une année new-wave comme tous les ans depuis notre ouverture grâce à dieu, une année jazz parce qu'on se fait volontiers vieux, une année swing et affutée surtout, aux effluves de matins âpres, et donc des disques qui aiguillonnent comme des fourmis, qui ont sonné sempervirens dès la première fois (j'embellis un brin, y en a au moins deux qui m'ont gavé au début, avant que je les reconnaisse), les disques en un mot comme en cent d'une année pleine de vie.

Et en prime un jeu-vacances cryptique à la con : le bon vieux qui-est-qui ?

1. fresh comme du bœuf cru
2. tu connaîtras la peur
3. le nouveau Weapon est bon, c'est à dire pas au niveau exigible, mais c'est pas grave : en v'là du boursouflé assoiffé de sang
4. vif comme la bise
5. l'enfer est à moi
6. la steppe est à moi
7. ta pulpe est à moi
8. satori élytre mandibule carnage
9. mâchoire de pierre
10. si juvabien, c'est kétamine
11. eau-de-feu
12. tanz der bocconcini
13. mort aux vaches




Douce nuit à tous, je vous laisse, j'ai autre chose à frire.

Aucun commentaire: