samedi 12 février 2011

Defeated Sanity : Chapters of Repugnance


Le brutalgoredeath tel qu'il doit être pratiqué : atrocement poussif et mauvais coucheur, gris terreux maronnasse comme l'odeur du bout de viande resté nidifier dans la dent creuse, huileux et noirâtre comme le plus acrimonieux des colombins, encore plus joli-cœur que Pizza the Hutt passé au goudron et, à la place des plumes, au goudron, mais qui confond libido et tondeuse à gazon - et la même odeur de fioul, pour désaltérer une écœurante musculature au divin hâle de lune scorbutique. The most brutal release of 2010, dit le sticker. The most soulève-le-cœur funk release of 2010, que je dis moi. Si vous escomptez vous poiler, c'est que vous ne connaissez pas Gored, Satan's Revenge of Mankind et Circle of Dead Children, profitez de votre vie et du soleil. Si vous avez déjà la vision qui se trouble de tâches de fluides à la nature mal identifiée et que vous avez envie sans réellement savoir pourquoi de cancaner "My name is mud", vous avez bon. Si ce n'est pas le cas, c'est que vous avez insuffisante foi en le brutal death, et en l'Allemagne.

Aucun commentaire: