lundi 28 mars 2011

Blvt avs Nord : 777 - Sect(s)


Obscure clarté qui tombe des étoiles ou couleur tombée du ciel, cela fait longtemps que les guitares de Blut aus Nord ne sont pas de ce monde, c'est encore plus clair et présent, à la façon d'un danger, sur cet album où elles sont aussi nettes que l'inhumanité rigoureuse de l'impitoyable et méthodique rythmique, et cette musique n'a plus rien du métal non plus, même si l'on croit çà et là en reconnaître comme en rêve, ou au détour, tranchant comme peut l'être un nuage passant devant la lune, d'une nappe qu'on croirait volée à Marco Passarani - du verre plutôt, une masse de verre hybride, aux intentions indicibles, venu des étoiles, chirurgical, et qui emporte par-delà le mur du sommeil dans un vaste dessein aux épouvantables volutes mystiques et impérialistes, et avec l'habitude que l'on a prise de cette hideur dévitalisée, on se laisse enlever dans les arabesques de ce chant des enfers cosmiques, toujours plus sale tandis qu'elle devient toujours plus atrocement nette et majestueusement médicale, on en penserait presque à Hate Forest tant c'est horrible, ou à un Jesu fasciste, mais si on se met à penser à pareilles terrestres choses l'on est forcé de réaliser combien ce Hate Forest-là serait ravagé sous l'action méticuleusement concertée de plusieurs agents chimiques violeurs de structure moléculaire - et soigneusement aplati sous une énorme dalle de marbre, aussi : oui, c'est tout comme vous le lirez certainement ailleurs, ce Blut aus Nord ne fait pas dans l'insidieux et le clapotant, ce Blut aus Nord est massivement dominateur. Sans jugement de valeur aucun et avec toute la déférence qui sied aux disciples ruisselant la gratitude, Blut aus Nord est à Godflesh (son Dieu à en moins en moins douter) ce que la cathédrale extra-terrestre est à l'église romane.


P.S : en fait, à part évidemment quelques disques de Die Form et des fulgurances du Circumflex de Somatic Responses, la seule chose qui approche un peu de l'atmosphère supra-humaine de ce Sex se nomme Crudelis et Invictus, d'Unveiled, et est aussi l'œuvre d'ex-métalleux - je dis ça pour si d'aucuns intrépides voudraient s'y frotter avant que j'aie trouvé les phrases pour en parler.

5 commentaires:

Follereau a dit…

Putain ce billet

gulo gulo a dit…

?

DMDFC a dit…

Et donc, concrètement ? Plutot MORT ou plutot ODINIST? Et ne me réponds pas "plutot memoria vetusta", tu comprends ma question.

gulo gulo a dit…

je comprends pas la question mais la réponse est TEAM

Uekte a dit…

Sacré première pierre que ce Sect(s) assumant de plus en plus sa paternité godfleshienne. Curieux de voir si les suites vont tenir les promesses de chemins non explorés autrefois promises avec Memoria Vetusta II