dimanche 13 mars 2011

KEN Mode : Venerable


KEN Mode possède cet art, donné à très peu, de ne pas faire un fromage ; The Acacia Strain, Coalesce, et c'est presque tout, finalement : Black Elk l'a perdu, Daughters ne l'a jamais tout à fait chopé ... Plus qu'une recette véritablement à eux pour préparer le rata noisecore abraso-chao-spaghetti, c'est cela qui fait leur immanquable marque. La modestie et la décontraction avec laquelle on peut (si seulement l'on peut, tout est là) choisir de faire le taf, sans battre tambours et trompettes et concept d'être le plus ceci ou cela, de s'identifier à tel processus industriel, tel brevet déposé, sans stabiloter ni le malaise ni la démence - et de faire du putain de bon taf, mine de rien, et du qui sur ce genre de bases ne peut qu'être furieusement rock'n'roll (en l'espèce, une sorte de version dancefloor des tout aussi élus Meatjack). La même attitude dont résulte que KEN Mode, qui s'appellent en réalité K.E.N. Mode (Kill Everyone Now), n'en font pas étalage, en gentlemen du stetson, et que cet album probablement leur plus multicolore, se permet en cette saison congestionnée de fulminantes nouvelles sorties de Rotten Sound et Trap Them, de tout tuer debout et de flanquer une leçon de tarentelle à tout le foutu panier de crabes. En toute décontraction.

3 commentaires:

Crown_Me a dit…

GROSSE GROSSE POUTRE alors que j'avais peur d'entendre du Ballou de série vu l'artwork de série lui-aussi... Juste dommage que les instrumentaux soient inutilement tendres.

Lucas a dit…

J'attends qu'il arrive, vite.

BBB a dit…

Moi ça dépend des écoutes. Parfois ça le fait, à d'autres moments ça le fait moins. I don't know why...