vendredi 6 mai 2011

Indian : Guiltless


Indian, il n'est pour s'en convaincre que de voir leurs couvertures imperturbablement aussi centrées qu'un cadrage de Luc Besson, fait dans le simplet-sludge ; Guiltless est donc aussi raffiné qu'un combat de catch avec les mecs d'Immortal ; Guiltless ne riffe pas, il met des coups de porte dans la gueule, Guiltless fracasse des gazinières sur les crânes, Guiltless pisse le sang des gencives et c'est à force de se les mâcher, quand Indian regarde le ciel chaque fois il faut qu'il essaie de le mordre, Guiltless est à plein temps à la recherche du takedown bien baveux, avec la décontraction d'un rhinocéros chagrin, l'intelligence et la distanciation du vieux Gorgoroth, et des accents post-rectaux tellement olympiens que dans la famille "groupes en -is" Indian est sans conteste Chaude-Pisse - et sans doute le groupe favori de Tetsuo en sevrage d'amphés, et de tous ceux qui baisent avec des anacondas.
Bref, Guiltless, ça fend la gueule que c'en est épuisant.

1 commentaire:

fireonthebayou a dit…

100fois d'accord, on sait.