dimanche 8 mai 2011

Treponem Pal : Excess & Overdrive


Les fans de Godflesh, sous leurs austères boucs et leurs sinistres crânes tondus, dissimulent un précieux secret. Nuitamment, en rasant les murs dans leurs cuirs, ils se rendent, en un endroit tenu secret, dans une boîte de nuit à eux réservée, où ils se démantibulent et réveillent le serpent qui sommeille dans leurs colonnes vertébrales, en s'épuisant à onduler aux pulsations dubby d'une house fetish vertigineusement orgiaque.
Les années passant, on en vient à se demander si après tout ce petit disque ne serait pas meilleur qu'une bonne partie de l’œuvre de Ministry, et même que le Desensitized de Pitch Shifter, à la dance tough guy duquel il ajoute un érotisme dont aucun anglais ne sera jamais capable.

3 commentaires:

Wild Thing a dit…

Définitivement! Les élèves avaient défoncés les maîtres mais personne ne s'en est jamais aperçu...Ce disque se ré-écoute bien mieux que du Ministry et fait raidir sa stouquette bien plus fort que Godflesh!

sergio a dit…

Bien vu !
Trépo, ça suinte le mauvais goût et le manque de neurones par tous les pores de leur riffs cagneux et de ce chant prétentieusement emphatique.
Mais bordel (et, tu as raison, c'est pas facile au début, de se l'avouer, il faut passer par dessus certaines réticences), ces types là ont mis les doigts, parfois, sur un machin envoûtant et inédit... qui en plus porte ses vingt ans tranquille...
PSI, ça avait certes mieux commencé... mais ça a fini pareil dans le mur...

Raven a dit…

"Ce disque se ré-écoute bien mieux que du Ministry et faire raidir la stouquette bien plus fort que Godflesh"... oui, balançez même carrément tous vos si vieux Ministry, les très moyens Filth Pig, mind is a terrible sting to test, Land of lune de miel et kebabtruc, quant à Godflesh soyons honnetes à part Hymns, et encore je suis sympa, sont loin d'avoir atteint de tels sommets, jetez moi tout cette merde, et ne gardez que vos Trepo !