mardi 21 juin 2011

Bong-Ra : Full Metal Racket


L'idée fumante, trop ébouriffante et botte-cul, là, de mixer metal extrême et techno extrême, on peut bien le dire, pendant qu'on est entre nous : c'est du vent - et dieu sait qu'il faut en avoir beaucoup entre les oreilles lorsqu'on écoute Cannibal Corpse, pour ne pas entendre que c'était chose faite bien avant Drumcorps, le death ça gabberise à tour de bras et il n'y a que les fans de Morbid Angel pour ne pas être au courant.
Ce que fait en revanche Bong-Ra, avec son nom qui fait penser à Mumm-Ra, sur ce disque, c'est exhausser et mettre en valeur tout le désespoir qui pleure comme les rivets la rouille des riffs d'un Slayer, d'un Terrorizer - mais surtout, car c'est le groupe qui récolte, à tout seigneur tout honneur, le plus gros de l'hommage ici canonné, surtout de Bolt Thrower.
Toute la sinistre détresse de ces riffs de la dernière charge au devant des hachoirs et du mortier, ressort d'un gris encore plus vif sur le champ de bataille boueux du teknival piétiné sans espoir aucun par l'armée de troufions perchés plus bas que terre sous leurs capotes et les rafales de kicks hostiles, de junglebeats vitrifiants et de blasts convulsés, le pouls morbide de la free et de sa ruine creuse les traits livides et la tristesse de ce brouillard que nulle couleur jamais ne vient trouer, que le feu des mines, et qui ne trempe pas tant toutes choses que ne fait la sueur s'épanchant en auréoles de peur, lourde, gluante, horrible ... Je veux dire, après ça, que reste-t-il, sinon écouter Mentallo & The Fixer - ou un album de Bolt Thrower, ramené à un épouvantable présent ? Quelqu'un a l'infoline de cet atroce truc ?

Aucun commentaire: