mardi 14 juin 2011

Ride for Revenge : The King of Snakes


Black metal, Ride for Revenge ? Oh, il y a bien un petit quelque chose de l'hirsutisme de Beherit là-dessous les frondaisons ... mais j'y entendrais surtout les Swans période Minotaure (celle que la plupart d'entre vous appellent plutôt période Police et Castration) et, surtout surtout, la horde des auteurs de Flowers of Romance, dont ils sembleraient avoir estampé le bocal à plantes qui font germer les envies - de porter peau de bête et gratter la terre avec son groin, y trouver os à ronger - les plantes qui font entendre les syrinx de la forêt, et tambouriner pour elles, avec le ravissement des idiots qui dénude les chicots. Pour tenter un angle d'attaque légèrement autre, à propos d'une musique qui ne le fait qu'à peine, jouissant comme elle le fait de la répétition et de la morosité extatique avec laquelle elle accélère et décélère sa sarabande, The King of Snakes fait communier, à la cadence des blasts de tibias sur les cuirs humains, le blasphème le plus sale (pedigree Profanatica, Ordo Tyrannis, Necroplasma) avec la régression dans la plus ignoble préhumanité d'un concert des Virgin Prunes.

2 commentaires:

Paul Takahashi a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
gulo gulo a dit…

comment ? un message a été supprimé par son auteur ??