vendredi 10 juin 2011

Shining : blackjazz

Ou quand Hollywood s'empare des films à petits budgets. Ici, on déterre quelques bons vieux nanards des frères Larsen et Larsen, et on confie la réal du remake à des petits Norvégiens irresponsables, en passe de percer, dans tous les sens du terme. Le résultat ? Même univers post-atomique, compact et marécageux, même culte militariste du corps, grosse musclette et artillerie lourde ; une image plus lisse et sophistiquée, mais avec des idées par minutes et des délires saugrenus que n'auraient même pas osé un Michael Bay et un Zack Snyder réunis, des monstres mutants dépassant de cent fois la taille d'un Godzilla, une panoplie d'engins hi-tech aux appendices tous plus improbables, des missiles aux designs impossibles, et leurs explosions qui s'étendent dans des fractales interminables, sans parler des effet papillons qui vont avec ; tout, je dis bien tout pour en prendre plein la tronche. On pourrait douter de la sincérité et de la qualité du résultat, mais je vous arrête : c'est la même boucherie que d'origine, en plus épique.

Aucun commentaire: