jeudi 2 juin 2011

Speedy J : A Shocking Hobby


LE exemple massif pour illustrer comment une pochette - non mais regardez-la me la un peu, mes neveux ! - peut, assortie en sus ici d'un intitulé intrigant, donner maint relief à un disque somme toute simplement honnête.
Speedy J, briscard de la trad techno certifiée batave, nom de scène bien wizz-nineties à l'appui, qui se mettait alors, comme d'autres, d'un orteil à l'indus rythmique, sous lumière Aphex Twin, nous a certes laissé un sympathique et très sympathique album de hip-hop tectonique, abstrait, joufflu et corrodé, et dans le genre il était déjà bien meilleur qu'à peu près n'importe quel album de LFO, ne fût-ce qu'en régularité de la consistance. Mais force m'est d'avouer que la fort attachante face de taupe que dès l'abord il arbore, n'a jamais été pour rien dans les mystères dont se parent dans mes songeries ses recoins pénombreux et ses géologiques méandres.
Ce qui, sachez-le, ne me cause pas beaucoup plus de questionnements moraux qu'un album dont la moitié des œufs sont dans le panier du producteur : j'achète encore des disques, voyez ? Celui-ci était présenté dans une fort seyante cardboard sleeve, et je n'imagine même pas comment qu'elle doit prodigieusement rendre en taille vinyl - tandis que ce faisant je continue de la contempler et de rêvasser : une taupe ? Ou un renne ? Un arbre ? Ou l'inspiratrice de celle, tout aussi personnellement importante, de Kiss the Pig ?

Aucun commentaire: