lundi 4 juillet 2011

Bong-Ra : Monster


Mince alors ! Un concept-ep, et de breakcore, encore ! Sur Monster, à chaque morceau son nom de monstre, et derrière chaque masque de monstre un écueil qui guette la relation entre deux personnes ... Fichtre.
Bon, on parle de Bong-Ra, donc ni Charybde ni Scylla, on aura Behemoth, Cyclops, Kraken et Yeti ; pour dessiner ces béantes gueules, étrangères à ses goguenards érotosatanisteries accoutumées, Jason K. bombarde un contusionnant alliage de brutal aikido façon Panacea récent et de kendo nyctalope entre le Xingu Hill tardif et le Cdatakill paradisiaque, sous lequel vont se faire froisser et déglinguer quelques versets de Cabale à en troubler Rachel Kozak et quelques pizzicati qui parviennent élégamment à davantage suggérer Alison Shaw qu'Aaron Funk.
Et l'amour selon Jason Köhnen de se présenter comme un train fantôme dont les virages giflent avec la gracieuse sauvagerie du breakdance le plus enfiévré.

Aucun commentaire: