dimanche 17 juillet 2011

Ringworm : Scars


Il en va du holy terror comme du black metal : l'existence de Dodheigmsgard, MayheM et Anaal, si elle distribue avec largesse amendes et avis de fermeture administrative d'une palanquée d'officines indignes, pour autant ne disqualifiera jamais la mission de salubrité publique d'Aura Noir ou Darkthrone ; et ainsi une soumission pleine et entière à la dernière machine à orgasmes de Pulling Teeth ne vous servira d'aucune dispense pour une séance de culbutes aussi immodérées qu'effrénées au son du heavy two-step millénariste d'un père Human Furnace en forme olympique. D'ailleurs, Ringworm ont-ils seulement quelque chose à envier à Pulling Teeth au rayon feu d'artifice ? Ici, moins que jamais. Et peut-on être rien moins qu'indémodable lorsqu'on est aussi dévoué au thrash vital, au vermillon, au carnassier ?

Aucun commentaire: