dimanche 3 juillet 2011

Tombs : path of totality


Non le postcore n'est pas nécessairement une musique de majestueux branle-mous, non ses velléités blackish ne sont pas fatalement vouées à résulter en purée aussi vaine que Céleste.
Tombs reste toujours soigneusement près, en guise d'épique, de verser dans le ravin crust, Tombs est toujours au contact des ses racines curistes, ici le fanatisme malade, roide et haché de Pornography dans ce qu'il a de plus godfleshien et sourd à son humanité - et de ses racines hardcore, on ne fait pas ici dans la hallebarde de cérémonie post-metal, on donne plutôt de la machette, Tombs ça plane pas, Tombs ça laboure, presque comme une sorte de Buried Inside, non moins funèbre, mais plus vif, plus viril, plus dangereusement mobile, et cependant même ses influences norvégiennes rockent plus que les riffs sévères de Tombs et la rocailleuse dégelée que met son batteur, avec ce disque la nuit tombe à la façon d'une grêle de cafards de fer sur la terre condamnée, Path of Totality est mieux qu'un des attelages les plus réussis de hardcore et de beumeu : du goth école Killing Joke initié dans l'Inner Circle.
Bref Tombs ne rigole pas, et vous non plus.

2 commentaires:

BBB a dit…

Là tout au centre, entre les yeux, c'est un fion?

gulo gulo a dit…

hahakilécon - mais bien vu