samedi 2 juillet 2011

Wormskull : Sound of Hell


La bande originale qu'aurait eu "Blade" * si Happy Walters n'avait pas foiré la suite à donner à l'album Judgement Night, pour la seconde fois après Spawn ? Même pas. Parce que Jason Köhnen, qui kiffe suffisamment la poussière pour rendre un hommage rudeboy valable à Morricone, et qui a le tort tout véniel de n'avoir pas pour nom Vorhees, est trop resté un death métalleux malgré l'échec de ses groupes de hard, pour se contenter d'un disque juste festif comme Always Outnumbered, Never Outgunned ; et surtout parce que Blade est un film de merde jusqu'à l'os, que les vampires y sont des tantouzes, et que Jason n'aime pas assez les choses propres et bien dégagées derrière les oreilles pour caster Wesley Snipes et Roni Size - lui aurait pris Busta Rhymes et Reel 2 Real, et tant qu'à donner dans le crossover en face aurait foutu James Woods et The Klinik. Accessoirement, parce que le futur vers lequel fonce Wormskull à fond les gamelles est un western vandale et médiéval.
Pas d'étiquette made in Soum ici, celle qu'ils se sont adjugée de deathhall dit suffisamment bien la rafale de basslines entre death metal et goth que vos tibias vont connaître ici (mais si viandard-junglepunk vous intéresse, je peux vous le garder au frais) : sous ses beats raggagoth pour thugs en chasse de fémur à ronger, Wormskull est tout bêtement le retour racaillard de Jason Köhnen au pays des groupes de hard.



*edit : je viens de m'apercevoir que je voulais probablement parler de Blade II, mais on a saisi l'idée à la mention du nom Happy Walters : je parlais de ce disque dont le seul moment réussi est une apparition de Cypress Hill (ce qui me permet de faire une référence point innocente), et puis ça marche aussi avec "Blade II" niveau merdisme

1 commentaire:

Raven a dit…

James Woods et Klinik ? Tu vends du rêves, là