dimanche 21 août 2011

Flotsam and jetsam : No place for disgrace


On imagine sans peine le frêle auditeur de ce disque, penaud comme une vierge effarouchée devant un Rocco au mieux de sa forme. Et on la comprend, la pauvre bougresse. De même c'est avec mansuétude et compréhension que nous autres, hommes de sagesse et d'expérience, murmurons entre nous à propos de l'auditeur sus-mentionné un simple "il va prendre cher, le salaud". Car en fait de rondelle, c'est la sienne qui va pas être à la fête. Flotsam, c'est des hommes qui jouent une musique d'homme, pour les hommes qui aiment, oui, peut-être aussi parfois, les hommes. Mais pas uni-queue-ment. Car que tu sois homme, femme, chien, volaille, ou table basse, tu vas prendre cher mon salaud.

Meilleur moment pour écouter le disque : seul devant son miroir, en s'aspergeant violemment le torse d'eau d'aqua vulva.

Aucun commentaire: