lundi 8 août 2011

Nick Blinko : Visions of Adrian 37th

Ici un homoncule se pend à un croissant de lune grimaçant; là un arbre s’enfuit, des points d’interrogations dans les yeux. Ici les portées musicales deviennent kabbalistiques; là trois vierges grecques adorent un soleil noir. Et puis un poisson-fossile, et puis un chat de l’enfer, et puis un home-crabe défiguré, et puis un homme à tête d’arbre, et puis des créatures oblongues aux membres écartelés. Et puis un crâne-volve-d’amanite. Et puis des crânes encore... 173 planches tantôt sur fond d’empilement de quadrilatères nus, noircis, striés tantôt sur fond de mots enchevêtrés, répétés à l’infini d’une écriture minuscule. Des brides de phrases butent et rebondissent entre deux falaises escarpées. Gribouillis rachitiques. Douloureuse hémophilie du verbe. Échos de bégaiements. Tunneling mental aléatoire.

Do you know who I am not ?

2 commentaires:

Le Moignon a dit…

Wow
Ousque t'as chopé ce bestiau ?

Veni Vidi Peni a dit…

C'est tout juste sorti chez le chat copte : http://copticcat.greedbag.com/