mardi 13 septembre 2011

Helms Alee : Weatherhead

Hardcore onirique avec tout ce que cela suppose d'empoté, pas sûr bien d'où il se réveille avec peine, au Pays des Merveilles ou dans une réalité ré-affutée, lourdement aérien de tout le coton hydrophile qu'il a dans la tête chargé de douces promesses d'orages, abasourdi de mélodieuses luminescences qui papillonnent comme des bourdons lourdauds cognant des têtes d'ocelots contre la vitre féminine qui chante, parmi les riffs languides et amoureux comme des montagnes saoûles.
On n'est jamais tant chez soi que sur la Lune, la joie palpitant à en défoncer la cage thoracique.

Oh et puis merde, quoi : Harkonen est vraiment putain de retour, ce coup-ci, et en même temps il est cette nouvelle chose encore plus extraterrestre qu'auparavant. C'est fête.