jeudi 22 septembre 2011

Servants of the Apocalyptic Goat Rave : st

On pourrait en bâtir une trigonométrie façon breakcore all-stars, en invoquant la rudesse antique d'Abelcain, le pervertoccultisme byzantin d'Hecate, et la violence des Venetian Snares les plus nus de saturation - en sélénisme tant qu'en nuisance sonore. Mais Bong-Ra et Sickboy n'empruntent au breakcore ici que ce qu'il faut de break pour gaver en tortillance et en fouetté SM les beats déboulant tout droit du plus impitoyable radicalisme techno, qui nous ramène au bon vieux temps de No-Tek et de DJ Vegeta, à quoi il ajoute encore en inflexibilité supra-humaine en y invitant la cruauté impérieuse d'un vice débridé à en remontrer à Asche et Sleep Chamber - et bien entendu à rompre, n'est-ce pas, bien des lombaires, des vertus et des équilibres. Un pur moment-gouffre de tourmente et de fureur religieuses, au sens le plus préhistorique du terme, la quintessence de ce que doit pourvoir une bonne free party, à en expliciter sans ménagement où se niche le démon par les temps qui courent.

2 commentaires:

ravachi du bulb a dit…

NOT HAPPY HARDCORE! yeah! vrai qu'un peu de darkitude ça manque souvent en teuf!
un salut à toi en passant!

gulo gulo a dit…

giallorgie frénétique en force ! salut, bloubi