dimanche 2 octobre 2011

The Body & Braveyoung : Nothing Passes

Des chœurs de bambins qui flottent comme une affreuse menace fantomatique sur un désert nucléaire pâle, suffocant d'odeur d'une guerre totale, qui semble interrompue un antédiluvien battement de cil avant et dans l'imminence ultraviolente de reprendre, un instant suspendu et empoisonné de grâce céleste au milieu de la dévastation aride et grise, de l'aveuglant nuage immobile, infusé de limaille comme d'un thé au jasmin, vaisseau amiral exterminateur de l'innocence et de la pureté.
L'apocalypse reprend son nom.

Aucun commentaire: