dimanche 2 octobre 2011

Brighter Death Now : Very Little Fun

Ç'a beau être un recueil de miscellanées de provenances variées, on bout d'envie de beugler comme un veau que tonton Roger est de retour - reuh !
Parce que le pape benoît-saoûl du death industrial savoureusement cold et necro a le même talent que son bassiste de concert et compère de boisson pour gauler des compiles qui paraissent des albums tant elles sont cohérentes et harmonieuses - et ce n'est pas la peine de songer un instant me rétorquer que ça lui serait facile rapport à une supposée uniformité de sa musique ; en trois disques, l'oncle Roger nous gratifie d'une bonhomme démonstration de son délicieux lexique. Un premier cd à l'austérité de ses jeunes années punk, pas loin des moues hostiles de Lille Roger, à la glauquerie nue, contondante, glacée et flippant ; un second lyrique, sapeur, jubilateur, et ultraflippant, culminant sur une reprise improbablement cauchemardesque de "Bad", d'autant plus terrifiante, comme souvent avec BDN, de ce qu'elle semble avant tout dégouliner d'humour navrant ; et un troisième plus décousu, débutant ronronnant en demi-teinte-demie-molle, et réservant sur la fin de ce Vive La Fête quelques succulentes bouchées plus surprenantes, après tel festin dédié à la gastronomie classique. Il y a des oncles avec lesquels on est toujours assurés de se régaler, quand bien même on les a perdus de vue.
La chose bien sûr est en tirage limité, mais cette fois la jeunesse dispose de sa petite chance de ne pas avoir à claquer la même fortune qu'il en coûte aujourd'hui pour pavaner en détenteur du précédent triple de Roger, à l'emballage quasi-identique (rêvez tout de même pas : vous n'aurez pas la Necrose en vrai ferraille, ici) : faites donc pas les cons ...

Aucun commentaire: