lundi 31 octobre 2011

Envy, I Pilot Daemon, Selenites, 30/10/11, le Bikini, Toulouse

Le Bikini est une salle prodigieuse, on le sait. Néanmoins il manquait un peu de tequila sunrises dans le patio ; et le prodigieux son n'était pas forcément adapté à certains des groupes du soir, non plus que les superbes lights Jean-Michel J.

Selenites : j'avais gardé de leur album un désagréable souvenir de velléités néo-violentes ; mais soit ils ont beaucoup changé, soit j'ai vraiment trop mal écouté, parce que ce qu'ils m'ont collé cette fois, c'est une puisssante envie d'entendre quelque chose de réellement haineux, genre Isis, voire carrément de la bonne grosse négativité gratuite à la Pelican. Le light-show vert et bleu n'était peut-être pas si hors de propos après tout.

I Pilot Daemon : sous de trompeurs airs de Converge Escape Plan, voici un groupe qui fait les choses seulement comme ils  les sent, à commencer par un chanteur dont je n'ai jamais vu la pareille à la gestuelle, sinon chez Cali, utilise la basse comme une rythmique indusfunk vindicative, emmène un morceau commencé chaos'n'roll-riffs-qui-piquent-les-tympans vers de la mélodie aux sourires écorchés fugaziens, puis dans de l'acidité à la Kill Sadie, et encore dans de la lancinance mystico-crêpi où on leur trouve des liens de parenté avec les grandes heures 90 des Hems, Davy Jones Locker, Sister Iodine, bref une musique qui a peut-être de la maladresse parfois, mais énormément de fraîcheur et de sincérité.

Envy : je ne les connaissais que d'a priori, et si ce n'est la voix claire  kawai du très charismatique petit type devant, qui n'est pas une mauvais idée en soi au contraire, mais juste d'une platitude effarante, surtout comparée à sa très respectable gutturalité - eh bien je n'ai que du bien à en dire : que c'est neuneu, que c'est gland, que c'est flan, que c'est gay - mais alors, que c'est beau ! J'en aurais presque acheté un album. Un petit rappel hardcore presque de trop, surtout après le final royalement tire-larmes-de-joie, et c'est en fini d'un set épique et fleuri à souhait, qui vous réconcilie avec les adjectifs aérien, cristallin et liquide.

Aucun commentaire: