jeudi 27 octobre 2011

HTRK : Work (Work, Work)

Vous lirez çà et là à propos de ce disque le mot "cold". Je voudrais clarifier les choses. Ce disque apporte une réponse au mystère de la disparition de la malheureuse Sade, depuis des années : elle était enfermée dans le frigo. Voilà ce qu'est ce disque en fait de cold.
Quelqu'un comptait probablement sur elle pour ainsi composer un album de téléphone rose queero-nouvelle vague, 1-800 Get Kahn et Characters of Seduction en ligne de mire, et il se retrouve avec ce truc annonant, ces lignes de basses paumées entre Dive et Donna Summer, ces lèvres congelées qui effleurent tant bien que mal tout en se fendant, ces gourdes galipettes dirigées par Second Layer et mises sous vide par Remote, dans un bunker au pôle où ne rôdent en guise de plantes vertes suggestives que quelques faméliques chats synthétiques.
Après, plus trivialement, c'est un disque d'HTRK, quoi : pour peu qu'on soit un tantinet curiste, on aura du mal à savoir si c'est bon pour du vrai, puisque c'est juste la musique la plus naturelle et amniotique du monde, sans passer par la case raison. Toute la différence, en somme, avec un faiseur, surdoué certes mais faiseur néanmoins, tel que The Soft Moon. HTRK sont en prise directe sur votre part lesbienne allemande art-punk, c'est ça, la différence.

Aucun commentaire: