lundi 24 octobre 2011

Life of Agony : River Runs Red


Qu'est ce que j'ai branlé moi ? Comment ai-je pu oublier de parler de ce disque ? Les ravages de l'alcoolisme sans doute. Mais j'en conviens, tout a déjà été dit sur ce disque. Ou si ce n'est tout, disons beaucoup de choses. D'un autre côté il est de notorieté publique que ce que le monde entier raconte, j'en ai plus ou moins rien à battre. J'en parlais il y a peu avec des âmes pures et vraies: la souffrance morale et la souffrance physique ont ceci en commun que la douleur persiste un temps, comme un mémo adressé à soi-même qui dirait "ce que tu viens de faire là, si tu pouvais eviter de recommencer pendant les deux prochaines années on y gagnerait, parce que ça fait un mal de chien cette connerie". Le rapport me demanderez vous ? Quand bien même il n'y en aurait aucun, je dis ce que je veux. Mais le fait est que là en plus il y en a un.
Life of agony, c'est à la fois la boule dans l'estomac et le coup de pied dans les couilles. C'est parfois moche, souvent gay. Life of agony, c'est marcel et eye-liner.
Meilleur moment pour écouter le disque : en prenant un bain moussant, I guess.

2 commentaires:

Sergia a dit…

Oui, ils poussent bien mémé, question coup de pied dans les couilles (et eyeliner)

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1529/Musique/article/detail/1293070/2011/07/15/Un-chanteur-de-metal-change-de-sexe.dhtml

Little-Axe a dit…

j'ai tjrs vu ce groupe comme le chainon manquant entre type o et biohazard.