samedi 8 octobre 2011

Lingouf : Doème

Doème, c'est un peu l'histoire de l'éléphant dans le magasin de porcelaine. L'éléphant, ce sont les doigts, monumentaux et embarrassés, de quelque intelligence extra-terrestre, probablement un dieu, qui promènent leur curiosité de nébuleuse à travers la vaisselle fine de votre cerveau - vrillant çà une terminaison effleurée, surexcitant là un stimulus qui part comme une mouche affolée, coupant ici une transmission par un courant d'air brutal, brisant des rêves d'intégrité dans un faux mouvement, faisant naître par sa seule sudation des constellations nouvelles à la grâce terrifiante et dysarticulée. Doème ça veut dire tunnel rugueux et merveilleux qui vous aspire comme une balle dans ses sphincters de fleur-rocher, ça veut dire se faire passer au pilon et puis sniffer, pour découvrir le monde de l'autre côté du trou noir, dans le sinus du poupon-cyclope géant, dans les machineries à glaire, loin dans la cité des nerfs.
Une autre conception de l'épique, pour sûr.

Aucun commentaire: