mardi 4 octobre 2011

Nunfuck Ritual : In Bondage to the Serpent

Lorsqu'on s'attire les services digitaux d'un bassiste capable de tout, à commencer par toujours se fourrer dans les coups les mieux dotés par le baptème (et en l'occurence même concernant celui de leurs membres, dont l'un ici n'est autre que le délicieux et norvégien Teloch), tout les rêves dénaturés sont possibles.
J'ai rêvé d'un monde dans lequel l'espèce qui aurait prévalu sur le planétoïde ne serait ni le poulpe, ni l'homme - mais la limace ; et où au son de ses languides tambours de guerre, le black metal et ses accents gothiques seraient devenu la musique dominante. Ce n'était pas un rêve agréable, mais j'ai adoré ça. A côté de ces gluanteries, Giedi Prime avait l'air d'une après-midi sur l'herbe.

Aucun commentaire: