mardi 29 mai 2012

Godflesh, The Soft moon, Liturgy, 27/5/12, le Cabaret Sauvage, Paris

Liturgy sur scène, c'est comme sur disques ... sauf qu'ils ne sont que deux et, je n'étais pas averti, jouent du Binaire : leur déluge d'aigrelettes cordes martelées à l'extrême répétition est ici porté sur une vague enflante et descendante de bassdrum speedcore ; surprise pas désagréable, en revanche le concert, et peut-être sa courte durée, n'est pas aussi violemment immersif que l'album - peut-être aussi du fait que, à la grande et visible déception des deux fans venus pour, ils n'ont pas joué leur reprise de Pantera ?

The Soft Moon nous a joué comme attendu ses meilleures intros, et mêmes quelques uns de ses meilleurs couplets - ou refrains, je ne sais plus ; on a hâte d'entendre les morceaux.
Aussitôt qu'ils en auront, s'entend ; continuez à prendre votre temps, les gars.

Godflesh, la dernière fois que je les avais vus, jouaient "Requiem" avec un certain Monsieur Paul à la basse ; dois-je commenter ? s'étonnera-t-on dès lors que je parte avec certains a priori ? Objectivement le concert était bon, carré, et par surcroît le plus long que j'aie vu d'eux jamais - dame, plus d'une demie-heure ! les problèmes sonico-sonores rituels judicieusement placés pour changer en début de concert. Objectivement j'aurais dû me placer et groover tranquille au fond dès le début : ça m'aurait objectivement évité de vivre ce naufrage en forme de métamorphose de tous les premiers rangs en moshpit de Korn, et je ne fais pas mon vieux con repu (dois-je rappeler à l'assistance que je les ai vus tourner pour Selfless ?) puisque j'ai éprouvé la même amertume - même public même punition (même festival, aussi) - devant Jesus Lizard, que pour leur part je n'avais jamais vus de leur vivant ; les reformations concert, c'est moche, quoi qu'en puisse le groupe, et d'ailleurs The Soft Moon c'est comme une reformation de The Cure pleine de gros sous et qui aurait oublié de répéter.
Reste juste à Justin à pas me briser le cœur avec un futur album dans la lignée de Greymachine et JKFlesh - si tu m'entends, vieux compagnon que j'ai vu de bien trop loin l'autre soir ...


Aucun commentaire: