jeudi 14 juin 2012

The Devil's Blood : The Thousandfold Epicentre

L'opéra rock - oui, comme dans Starmania et Le Fantôme du Paradis - écrit par Yes sur un synopsis de Carnaval de Venise satanique ; la presque certitude de distinguer, tout comme le sinistre malaise derrière les cascades arlequinisantes de chair de l'exubérant livret, Dave Patchett a un concurrent - l'horreur barbare du chaos, la brutalité des voix de ses hyènes et ses violons, qui grouille, gargouille et fourmille, derrière les refrains étincelants, les cavalcades flamboyantes, les claironnades vocales lubriques et séraphiques tout à la fois ; l'assurance, surtout, d'essuyer une sévère volée de refrains qui tuent debout - et repassent derrière, pour te traverser de part en part, encore et encore, en lame de faux.
Un peu comme dans l'album de Henry Purcell quand il était dans Europe. Un album qui fait les fesses rouges.

Aucun commentaire: